SECTION 18 - Horaire de travail

SECTION 18 - Horaire de travail

  • 18.01 Dispositions générales concernant l’assignation et les heures normales de travail :
    18.01 Dispositions générales concernant l’assignation et les heures normales de travail :

    1) Calcul des heures de travail :

    Les heures de travail sont censées commencer et se terminer à l’emplacement des travaux, au niveau du sol ou, si le chantier est limité par une barrière que le salarié doit franchir pour se rendre à son travail, mais qu’il n’est pas autorisé à franchir avec son véhicule personnel, au niveau d’une telle barrière.

    2) Pointage :

    a) Règle générale :

    Si l’employeur installe une ou plusieurs horloges de pointage, il doit le faire le plus près possible de l’endroit où commencent et se terminent les heures de travail, tel que défini dans le paragraphe 1).

    Chaque jour, le salarié doit pointer sa carte lui-même au début et à la fin de son travail. Il est payé pour les heures pointées, diminuées du temps consacré au repas.

    3) Conciliation travail-famille :

    L’employeur permet, lorsque possible, à un salarié qui a des obligations reliées à la garde d’un enfant, de déplacer le début et/ou la fin de son quart de travail lorsque l’horaire des services de garderie qu’il fréquente ne lui permet pas de respecter l’horaire de travail prévu. Le salarié doit fournir une pièce justificative si l’employeur en fait la demande.

    4) Assignations au chantier :

    L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour communiquer au salarié durant ses heures normales de travail les informations concernant ses assignations à venir, soit l’adresse du (des) prochain(s) chantier(s) et les renseignements quant à la nature des tâches qu’il doit effectuer.

    En dehors des heures normales de travail, l’employeur peut uniquement communiquer au salarié l’adresse du chantier en vue de sa prochaine assignation. Toutefois, aucune communication ne peut être faite avec le salarié entre 20h le soir et 5h le lendemain matin.
  • 18.02 Heures normales de travail :
    18.02 Heures normales de travail :

    1) Construction résidentielle lourde :

    Dans la construction résidentielle lourde, les heures normales de travail sont les suivantes :

    a) Semaine normale de travail :

    La semaine normale de travail est de quarante (40) heures du lundi au vendredi.

    b) Journée normale de travail :

    Les heures quotidiennes de travail sont de huit (8) heures du lundi au vendredi et de dix (10) heures du lundi au vendredi pour les métiers et occupations prévus à l’article 18.02 1) d).

    c) Horaires :

    Les heures quotidiennes de travail sont réparties comme suit :

    Pour une journée normale de travail de huit (8) heures :

    i. entre 6 h 00 et 14 h 30 ou 15 h 00

    ii. entre 6 h 30 et 15 h 00 ou 15 h 30

    iii. entre 7 h 00 et 15 h 30 ou 16 h 00

    iv. entre 7 h 30 et 16 h 00 ou 16 h 30

    v. entre 8 h 00 et 16 h 30 ou 17 h 00

    Pour une journée normale de travail de dix (10) heures :

    i. entre 6 h 00 et 16 h 30 ou 17 h 00

    ii. entre 6 h 30 et 15 h 00 ou 17 h 30

    iii. entre 7 h 00 et 15 h 30 ou 18 h 00

    iv. entre 7 h 30 et 16 h 00 ou 18 h 30

    v. entre 8 h 00 et 18 h 30 ou 19 h 00

    Avec une demi-heure ou une heure, selon le cas, non rémunérée pour le dîner, au milieu de la journée de travail.

    d) Métiers et occupations dont l’horaire normal est de dix (10) heures : briqueteur-maçon, carreleur, charpentier-menuisier, peintre, poseur de revêtements souples, cimentier-applicateur, peintre-tireur de joints, opérateur de pompes et compresseurs (pompe à ligne), opérateur de pompes à béton (mât de distribution), manœuvre, manœuvre spécialisé lorsqu’ils exécutent des travaux avec les métiers dont l’horaire est de dix (10) heures, monteur-mécanicien vitrier, poseur de systèmes intérieurs et salarié affecté à la pose de gypse, opérateur d’équipement lourd, opérateur de pelles mécaniques et conducteur de camion.

    2) Construction résidentielle légère :

    Dans la construction résidentielle légère, les heures normales de travail sont les suivantes :

    a) Semaine normale de travail :

    La semaine normale de travail est de quarante (40) heures du lundi au vendredi.

    b) Journée normale de travail :

    Les heures quotidiennes de travail sont d’un maximum de dix (10) heures du lundi au vendredi.

    c) Horaires :

    Les heures quotidiennes de travail sont réparties comme suit :

    i. entre 6 h 00 et 16 h 30 ou 17 h 00

    ii. entre 6 h 30 et 17 h 00 ou 17 h 30

    iii. entre 7 h 00 et 17 h 30 ou 18 h 00

    iv. entre 7 h 30 et 18 h 00 ou 18 h 30

    v. entre 8 h 00 et 18 h 30 ou 19 h 00

    Avec une demi-heure ou une heure, selon le cas, non rémunérée pour le dîner, au milieu de la journée de travail.

    3) Reprise de temps - construction résidentielle légère :

    Dans la construction résidentielle légère, dans le cas de travaux exposés aux conditions climatiques, la semaine normale de travail peut être étalée sur deux (2) semaines consécutives, afin de permettre d’atteindre une moyenne de quarante heures de paie par semaine. En pareil cas, les règles suivantes s’appliquent :

    a) Semaine et journée normales de travail :

    Le salarié peut reprendre des heures de travail perdues au cours de la semaine précédente, à taux simple, du lundi au vendredi de la semaine suivante, jusqu’à concurrence d’un maximum de dix (10) heures par jour et jusqu’à concurrence de cinquante (50) heures dans la semaine. Dans tous les cas, ces heures régulières de paie ne peuvent excéder quatre-vingts (80) heures par période de deux (2) semaines continues travaillées.

    b) Horaires :

    Les heures quotidiennes de travail sont réparties comme suit :

    i. entre 6 h 00 et 16 h 30 ou 17 h 00

    ii. entre 6 h 30 et 17 h 00 ou 17 h 30

    iii. entre 7 h 00 et 17 h 30 ou 18 h 00

    iv. entre 7 h 30 et 18 h 00 ou 18 h 30

    entre 8 h 00 et 18 h 30 ou 19 h 00

    Avec une demi-heure ou une heure, selon le cas, non rémunérée pour le dîner vers le milieu de la journée de travail.

    4) Déplacement de la période de repas : règle générale :

    Nonobstant ce qui est prévu dans les paragraphes 1 c), 2 c) et 3 b), le début de la période de repas peut, à la demande de l’employeur, précéder ou suivre de trente (30) minutes le temps de repas prévu dans ces paragraphes.

    Le salarié qui, à la demande de l’employeur, prend sa période de repas en dehors des limites prévues ci-dessus est rémunéré au taux de salaire qui s’applique, pendant sa période de repas.
  • 18.03 Travail d’équipe :
    18.03 Travail d’équipe :

    1) Conditions pour l’établir :

    L’employeur peut établir le régime de la double et de la triple équipe aux conditions suivantes :

    a) Sous réserve des exceptions relatives aux chantiers isolés et autres chantiers particuliers, prévues à l’annexe « B », les heures normales de travail sont celles prévues à 18.02.

    b) Le régime de la double équipe doit être établi pour une durée minimale égale à la semaine de travail établie. Le régime de la triple équipe doit être établi pour une durée minimale de cinq (5) jours ouvrables consécutifs.

    c) Il ne peut y avoir sur un chantier une deuxième ou troisième équipe, sauf si ces équipes sont à l’emploi de l’employeur de la première équipe et qu’elles effectuent du travail commencé par l’équipe précédente.

    d) Aucun employeur ne peut établir une deuxième ou une troisième équipe pour un travail commencé par une équipe précédente à l’emploi d’un autre employeur.

    e) Nonobstant les paragraphes 2) et 3), la répartition des heures de travail par équipe est déterminée par l’employeur sur les chantiers visés par l’annexe « B ».

    f) Aux fins du présent article, au moins deux (2) salariés peuvent constituer une équipe.

    2) Régime de la double équipe :

    a) La répartition des heures de travail est déterminée par l’employeur. Compte tenu de la limite horaire quotidienne, cette répartition doit se situer entre 0 h 01 le lundi et 24 h 00 le vendredi

    et peut inclure des heures de travail effectuées le samedi, à condition que ces dernières complètent une période de travail commencée le vendredi.

    b) Aux fins du présent article, la première équipe est celle dont la majorité des heures de travail se situe pendant les heures normales de travail. À la demande de l’employeur, les heures de travail de la deuxième équipe peuvent débuter pendant les deux (2) premières heures suivant la dernière heure de travail de la première équipe et ce, pour la durée du régime de la double équipe.

    c) Le salarié assujetti au présent paragraphe a droit à une demi-heure non rémunérée pour prendre son repas au milieu de sa période de travail.

    3) Régime de la triple équipe :

    a) Lorsque le régime de la triple équipe est en vigueur, les heures normales de travail sont réparties de la façon suivante :

    1re équipe : de 8 h 00 à 16 h 00, du lundi au vendredi ; 2e équipe : de 16 h 00 à 24 h 00, du lundi au vendredi ; 3e équipe : de 0 h 01 à 8 h 00, du mardi au samedi.

    b) Le salarié qui travaille sous le régime de la triple équipe a droit, pour son repas, à une pause d’une demi-heure sans perte de salaire au milieu de sa période de travail.
  • 18.04 Entente pour modification :
    18.04 Entente pour modification :

    1) L’employeur peut, avec le consentement de la majorité de l’ensemble de ses salariés ou la majorité de ses salariés d’un même métier ou d’une même occupation affectés à des travaux de construction sur un chantier, conclure avec ces derniers une entente pour permettre :

    a) de modifier les horaires quotidiens de travail par chantier;

    b) d’augmenter les heures quotidiennes de travail dans le but d’effectuer une semaine de travail comprimée, en pareil cas le temps supplémentaire ne s’applique qu’au-delà de la limite horaire quotidienne ainsi établie;

    L’employeur doit dans les quarante-huit (48) heures ouvrables de la conclusion de l’entente, aviser la Commission et les associations représentatives concernées par l’entente.

    2) Règle particulière : construction résidentielle légère :

    Dans la construction résidentielle légère, l’employeur peut s’adresser à un ou plusieurs salariés pour conclure une entente permettant de reprendre, sur une base volontaire, le samedi, une journée de travail perdue au cours de la semaine à cause des conditions climatiques, d’une obligation familiale ou d’un congé spécial. Cette journée de travail est rémunérée au taux régulier.

    La Commission doit être avisée sans délai de cette entente.

    3) Règle particulière : chantier d’envergure :

    Dans la construction résidentielle lourde, l’association sectorielle d’employeurs et les associations représentatives signataires peuvent conclure une entente particulière applicable sur un chantier d’envergure, et ce, pour permettre :

    a) de modifier les horaires quotidiens de travail sur le chantier;

    b) d’augmenter les heures quotidiennes de travail dans le but d’effectuer une semaine de travail comprimée, en pareil cas, le temps supplémentaire ne s’applique qu’au-delà de la limite horaire quotidienne ainsi établie;

    Aux fins du présent paragraphe, l’expression « chantier d’envergure » désigne un chantier à la réalisation duquel, selon les prévisions agréées par les parties à l’entente, au moins soixante-quinze (75) salariés seront employés simultanément à un moment donné des travaux.
  • 18.05 Période de repos :
    18.05 Période de repos :

    1) Avant-midi, après-midi et temps supplémentaire :

    a) L’employeur doit accorder au salarié quinze (15) minutes payées de repos vers le milieu de la matinée et quinze minutes payées vers le milieu de l’après-midi.

    b) Les deux périodes de repos prévues dans le sous-paragraphe a) s’appliquent aussi aux salariés travaillant sous le régime de la double ou de la triple équipe.

    c) L’employeur est tenu de donner quinze (15) minutes de repos payées au taux de salaire majoré à la fin de sa journée normale de travail si le salarié doit poursuivre sa journée de travail.

    De plus, sauf lorsque le paragraphe 3) s’applique, tout salarié a droit à quinze minutes de repos payées au taux de salaire majoré qui s’appliquait avant le repos, après toute période de deux (2) heures de temps supplémentaire à condition que cette dernière période de repos soit suivie d’une période quelconque de travail.

    d) Lors de ces périodes de repos, le salarié doit disposer de quinze (15) minutes pour pouvoir s’asseoir et prendre une pause.

    2) Repos journalier :

    a) Tout salarié doit bénéficier d’une période de repos, qu’il doit prendre, d’au moins huit (8) heures consécutives dans toute période de vingt-quatre (24) heures, sauf lorsque la santé et la sécurité du public sont en danger.

    b) La rémunération au taux de salaire majoré pour les heures supplémentaires se continue aussi longtemps que le salarié n’a pas bénéficié de cette période de repos.

    3) Repas :

    a) Tout salarié qui a effectué deux (2) heures à temps supplémentaire consécutives à sa journée normale de travail, bénéficie d’une demi-heure rémunérée au taux de salaire qui s’applique, pour lui permettre de manger, à la condition que cette période de repas soit suivie d’une période quelconque de travail.

    Le salarié visé dans le présent sous-paragraphe bénéficie d’une indemnité de repas de 17,00 \$, sur présentation de pièces justificatives, sauf si l’employeur fournit un repas convenable et par la suite, après quatre (4) autres heures supplémentaires.

    b) Tout salarié qui effectue une journée de travail de plus de dix (10) heures a droit au paiement de sa ou ses périodes de repas, à la condition que cette période de repas soit suivie d’une période quelconque de travail.

    Le salarié visé dans le présent sous-paragraphe bénéficie d’une indemnité de repas de 17,00 \$, sur présentation de pièces justificatives, sauf si l’employeur fournit un repas convenable et par la suite, après quatre (4) autres heures supplémentaires.

    c) Cantine :

    L’employeur doit permettre l’accès au chantier à une cantine pour desservir les salariés.

    4) Période de repos : règle particulière : carreleur, cimentier-applicateur :

    Sauf pour les heures où une période de repos est déjà prévue au paragraphe 1), tout carreleur ou cimentier-applicateur doit bénéficier d’une période de repos de dix minutes pour chaque heure où il est appelé à travailler, à l’intérieur d’un bâtiment, avec des matériaux à base d’époxy nocif et corrosif.

    Lors de coulées de béton, l’employeur doit accorder, à tour de rôle, au cimentier-applicateur leur période de repos.

    5) Période de repos : règle particulière : parqueteur- sableur, poseur de revêtements souples :

    Sauf pour les heures où une période de repos est déjà prévue au paragraphe 1), le parqueteur sableur affecté au sablage de plancher ou le poseur de revêtements souples appelé à travailler avec des matériaux à base d’époxy nocif et corrosif, lorsque l’usage d’un masque ou de filtres est obligatoire, doit bénéficier d’une période de dix minutes pour chaque heure de travail effectuée dans ces conditions.
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de témoins, communément appelés « cookies », et d'autres traceurs nous permettant de vous proposer des contenus et des promotions adaptées à vos intérêts et de recueillir des statistiques de visites en vue d’améliorer votre expérience de navigation. Vous pouvez en tout temps bloquer la transmission des données grâce au module offert par Google.

Pour en savoir plus sur notre politique de confidentialité et nos conditions d'utilisation, cliquez ici.

Confirmer