Plus de conformité sur les chantiers de génie civil et de voirie cet été : la CCQ dresse un bilan positif de son opération

27 septembre 2016

L’opération menée par la CCQ en juillet et en août 2016 dans le secteur génie civil et voirie s’est avérée un succès. Une présence accrue sur les chantiers, combinée à un travail de sensibilisation effectué auprès des principaux intervenants et donneurs d’ouvrage de ce secteur de la construction, a permis d’accroître significativement le taux de conformité.

« Nous constatons que la non-conformité a chuté du tiers », indique Jean-Guy Gagnon, vice-président aux opérations de la CCQ. « L’été dernier, le taux de visites avec infraction était de plus de 15 %, alors qu’il a diminué à 10 % cette année. Ce résultat positif témoigne de l’efficacité de l’opération. »

Les objectifs opérationnels visés ont été atteints. En effet, pendant les deux mois qu’a duré l’opération, la CCQ a été plus présente que jamais sur les chantiers de génie civil et de voirie. Les inspecteurs de l’organisme se sont présentés sur 597 chantiers différents, ont effectué un total de 947 visites et ont rencontré 4 736 intervenants et travailleurs.

Parallèlement à ces interventions sur le terrain, la CCQ a également pris le temps de rencontrer plusieurs acteurs importants pour les informer des grandes lignes de l’opération et répondre à leurs questions. Parmi ceux-ci, mentionnons le ministère des Transports, la Ville de Montréal et la Ville de Québec.

La sensibilisation et le dialogue sont des éléments importants de l’approche de la CCQ. « Dans le cadre de l’opération de cet été, nous avons eu une excellente collaboration des différentes organisations rencontrées. Parfois, une rencontre efficace suffit pour favoriser l’adoption de comportements conformes. D’autres fois, quand nous sommes devant des “contrevenants chroniques”, une stratégie d’intervention plus dissuasive est nécessaire », mentionne Jean-Guy Gagnon.

Parmi les 201 situations de non-conformité détectées par les inspecteurs de la CCQ lors de l’opération, la majorité d’entre elles, soit 158, étaient liées à la non-détention d’un certificat de compétence. Ces dossiers seront acheminés au cours des prochaines semaines au Directeur des poursuites criminelles et pénales, à qui revient la responsabilité d’apprécier la preuve transmise et d’émettre un constat d’infraction, le cas échéant.