Reconnaissance de l'expérience de travail

L'expérience de travail pertinente acquise à l'étranger peut vous être utile pour diminuer la durée d'apprentissage d'un métier ou occupation. Elle pourrait aussi vous permettre d'accéder directement à l'examen de qualification provinciale.

Vos attestations d'expérience de travail à l'étranger doivent permettre de déterminer clairement :

  • votre nom, la raison sociale de votre employeur, son adresse et son numéro de téléphone;
  • le titre de votre métier et de votre spécialité, s'il y a lieu;
  • les tâches exercées et les secteurs d'activité;
  • les périodes d'emploi et le total des heures travaillées par année.

Les attestations doivent porter la signature d'un responsable de l'entreprise et indiquer sa fonction.

Afin de valider les lettres d'employeur, il est requis de fournir l'une des preuves suivantes du nombre d'heures travaillées pour chacune des périodes indiquées dans les lettres :

  • formulaire d'impôt;
  • relevé de paie;
  • toute autre preuve de rémunération;
  • photocopie du carnet d'apprentissage hors du Québec, le cas échéant.

Veuillez fournir des photocopies de ces pièces justificatives, car les originaux ne sont pas retournés. 

Après avoir reçu la preuve de vos heures de travail rémunéré, la Commission de la construction du Québec (CCQ) convertira l'expérience pertinente acquise à l'étranger en un crédit d'heures à l'apprentissage. Si le crédit d'heures équivaut à la durée totale de l'apprentissage requise pour le métier visé, vous pourrez être admissible à l'examen de qualification provinciale de ce métier. Dans le cas contraire, vous devrez vous conformer aux exigences relatives à la délivrance du certificat de compétence-apprenti (CCA). La CCQ vous communiquera sa décision par une lettre d'admissibilité ou de refus à l'examen de qualification.