Reconnaissance de la formation

Pour être reconnus équivalents, les diplômes ou formations obtenus à l'extérieur du Québec doivent correspondre au contenu du programme d'études québécois exigé pour exercer un métier réglementé  de l'industrie de la construction.

Une personne qui n'a pas complété ses études secondaires au Québec, mais qui a complété des études équivalentes à l'extérieur du Québec, a tout intérêt à entreprendre des démarches auprès du Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) afin de profiter d'une évaluation comparative de ses études. Cette évaluation a pour but d'établir la correspondance des études effectuées par rapport au système scolaire québécois. Il est possible de soumettre à la Commission de la construction du Québec (CCQ) l'original du document Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec s'il atteste que les études ont été effectuées en français ou en anglais et qu'un 3e (une mention 3e secondaire est acceptée pour l'admission à certains programmes d'études), 4e ou 5e secondaire, un DEC ou un Baccalauréat a été réussi.

Une alternative s'offrant à cette personne serait de faire reconnaître ses acquis et ses compétences en vue d’obtenir plus rapidement un diplôme d'études professionnelles (DEP) du Québec. Les expériences de travail pertinentes acquises à l'étranger peuvent être utiles pour diminuer la durée d'apprentissage d'un métier ou d'une occupation. Elles n'affectent cependant en rien l'évaluation des connaissances acquises à l'étranger pour l'obtention d'un DEP.

L'évaluation et la reconnaissance de la formation à l'étranger sont offertes dans différents établissements scolaires. Pour en savoir plus, adressez-vous au service à la clientèle de la CCQ ou à la commission scolaire de votre région de résidence au Québec.