Étapes d’élaboration de l’examen

L’élaboration d’un examen de qualification comporte cinq grandes étapes :

Élaboration du tableau de spécifications

La première étape de l’élaboration de l’examen consiste à analyser minutieusement la profession à évaluer, afin de produire un tableau de spécifications. Le conseiller en mesure et évaluation et les experts du métier déterminent ensuite les principales compétences qui seront mesurées par les questions d’examen. Pour ce faire, ils se réfèrent, entre autres à la description du métier élaborée par un groupe de compagnons. Ces rapports d’analyse de profession sont offerts en ligne

Un sous-comité professionnel, formé de représentants des associations patronales et syndicales du métier, doit valider le tableau de spécifications. Ce comité a la responsabilité d’établir la pondération de chacune des compétences. C’est ce qui détermine l’importance de chacune des compétences dans l’examen. 

Conception des questions

L’analyse des données statistiques des résultats obtenus antérieurement par les candidats aux examens donne de bons indicateurs sur le degré de difficulté des questions et leur pertinence. Ces renseignements sont essentiels pour la production des nouveaux examens.

Une douzaine de rencontres d’une journée sont nécessaires pour concevoir les questions d’examen (y compris les schémas, illustrations, diagrammes, chartes, tableaux et plans). Une quantité importante de questions sont produites afin de constituer plusieurs versions d’un même examen.

La CCQ fait par ailleurs une veille informationnelle auprès de compagnons experts au sujet des nouvelles notions ou compétences propres à chacun des métiers, afin de produire des questions reflétant la réalité de l’industrie de la construction. Par exemple, si des modifications sont apportées au Code de construction du Québec, les questions relatives aux métiers ou aux spécialités touchés seront rapidement révisées.

Validation des questions

De six à huit compagnons experts, différents de ceux qui ont participé à l’étape de conception des questions, sont invités à valider ces dernières. Cette étape permet, s’il y a lieu, de clarifier des questions, de les corriger ou carrément de supprimer celles qui sont jugées non pertinentes. Les questions sont ensuite traduites en anglais. Cette traduction est validée par un compagnons experts bilingue.

Prétest

Une cinquantaine de compagnons, qualifiés au cours des dernières années, sont invités à tester l’examen. Après l’analyse des résultats du prétest par le conseiller en mesure et évaluation, les questions peuvent être revues, si nécessaire, avant l’implantation de l’examen. Les données obtenues au prétest permettent de concevoir différentes versions d’un même examen ayant un niveau de difficulté semblable, tout en évaluant les mêmes compétences.

Examen

L'examen de qualification compte habituellement entre 50 et 70 questions à choix multiple, selon le métier ou la spécialité. Il se présente sous la forme d’un test papier-crayon, une méthode d'évaluation efficace utilisée par d’autres organismes réglementaires.

La rigueur, même dans la salle d’examen !

Pour éviter toute forme de plagiat ou de fraude, la gestion de la séance d’examen suit un processus rigoureux.

Vous remarquerez que certains candidats auront droit à une calculatrice scientifique ou à des plans d’ingénieur. Il ne s’agit pas d’un traitement de faveur, mais d’outils essentiels pour la réalisation de leur examen. Le matériel fourni à l’examen est décrit dans les fiches de renseignements.