Intimidation, discrimination et harcèlement

Malgré l’augmentation de la présence des femmes au sein de l’industrie de la construction, certaines peuvent encore vivre des situations d’intimidation, de discrimination ou de harcèlement basées sur le sexe.

Voici des ressources mises à la disposition des femmes pour les aider à résoudre les problématiques rencontrées.

N’hésitez pas à contacter le service à la clientèle afin de rejoindre le Service d’accompagnement pour l’intégration des femmes dans l’industrie de la construction.

Installations sanitaires adéquates sur les chantiers

Depuis juin 2015, le Code de sécurité pour les travaux de construction a été modifié pour faire en sorte que des installations sanitaires soient installées sur tous les chantiers de construction du Québec. Si 25 travailleurs ou plus occupent le chantier, une toilette à chasse doit être mise à la disposition des travailleurs. Pour les chantiers plus petits, une toilette chimique doit être mise à la disposition des travailleurs en tout temps. Si une personne vit un enjeu particulier à ce sujet, elle peut contacter son représentant syndical. Elle peut aussi consulter le Service d’information générale de la CNESST, au 1 844 838-0808 ou son site Web.

Construire en santé

Le programme Construire en santé offre aux personnes assurées par MÉDIC Construction, le régime d’assurance de l’industrie, différents services visant à résoudre des problèmes physiques ou psychologiques. Si une personne assurée veut obtenir du soutien psychologique ou physique, elle peut communiquer avec une infirmière 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 en composant le 1 800 807-2433. Cette infirmière évaluera sa situation et la dirigera vers les ressources qui pourront les aider.

Harcèlement psychologique au travail

Si une personne croit être victime de harcèlement psychologique au travail de la part de collègues, de l’employeur, de ses représentants ou dirigeants, ou de toute autre personne présente sur le chantier, elle peut déposer un grief contre l’employeur. Ce dernier doit en effet prendre les mesures raisonnables pour prévenir le harcèlement psychologique et pour le faire cesser, lorsque la situation est portée à sa connaissance. L’association syndicale peut aider à cet égard. Il ne faut pas hésiter à la contacter. 

Notez qu’au Québec, le harcèlement psychologique inclut par exemple le harcèlement sexuel. Pour obtenir plus de détails sur ce que peut constituer du harcèlement psychologique, vous pouvez visiter le site Web de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Si la situation ne change pas, la personne peut également présenter une réclamation en vertu de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles pour faire déterminer si le harcèlement psychologique dont elle est victime peut constituer une lésion professionnelle.

Le tribunal pourra alors rendre des ordonnances visant l’indemnisation pour le salaire perdu, les dommages et intérêts punitifs et moraux ainsi que le financement du soutien psychologique requis pour la victime. Visitez le site Web de la CNESST, pour obtenir plus d’informations.

Victime de discrimination

Discrimination lors de l'embauche

Si un employeur refuse d’embaucher une personne parce qu’elle est une femme, cela constitue de la discrimination dans l’embauche pour un motif fondé sur le sexe.

Dans ce cas, elle peut adresser une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Nous vous invitons à consulter le site Web de cet organisme, pour obtenir plus de détails.

Discrimination en emploi

Une personne se croit être victime de discrimination de la part de son employeur dans l’apprentissage, les conditions de travail, les promotions, le congédiement, etc.? Sachez qu’aucun employeur, ni personne agissant pour un employeur, ne doit poser d’actes discriminatoires envers une personne en raison de son sexe.

Deux recours s’offrent à vous selon la nature de la discrimination : déposer un grief à l’encontre de l’employeur ou adresser une plainte à cet égard à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Il est aussi possible de consulter votre association syndicale.

Victimes d’agression physique ou sexuelle

Tous les gestes ou formes d'agression sexuelle sont criminels.

Si une personne est victime d’une agression sexuelle, que ce soit sur les lieux de son travail ou ailleurs, il est important de le signaler rapidement à la police et de se rendre le plus rapidement possible à l’urgence d’un centre hospitalier afin d’obtenir les soins requis.

Si vous êtes témoin d’un acte d’agression sexuelle, il est essentiel de le dénoncer rapidement.

Plusieurs ressources existent pour aider, n’hésitez pas à consulter le site www.agressionssexuelles.gouv.qc.ca.