Le programme de mentorat féminin de l’APECQ s’amorce avec succès

26 octobre 2016

C’est dans une ambiance empreinte d’enthousiasme que les 28 mentorées et mentor(e)s participant au Programme de mentorat de l’APECQ : la construction de demain! se rencontraient pour la première fois le 15 octobre 2016. Le nouveau programme, qui s’adresse aux professionnelles et aux entrepreneures oeuvrant dans l’industrie de la construction, débutait ce jour-là avec une formation sur les principes du mentorat. Mentorées et mentor(e)s ont ensuite participé à une séance de rencontres éclair qui devait leur permettre d’identifier leurs préférences pour le jumelage.

 Lire l’article présentant le programme de mentorat féminin

Quelques participant(e)s ont fait part de leurs motivations et de leurs attentes. Leur point de vue reflète une industrie ou les défis pour les femmes demeurent important, mais où la volonté de changer les choses s'affirme de plus en plus.

Ivanka Iordanova  Mentore
Directrice BIM/VDC – Pomerleau
Titulaire d’une maîtrise en architecture et d’un doctorat en aménagement

 « Les jeunes femmes travaillant dans notre industrie ont besoin d’un accompagnement et je trouve que le mentorat représente la meilleure façon de les soutenir dans leur parcours professionnel. En tant que femme travaillant à l’intersection de deux domaines traditionnellement masculins, soit la construction et l’informatique, et avec mon expérience en enseignement, je suis très heureuse d’avoir cette occasion de communiquer mon savoir. Ce que je souhaite le plus apporter à travers cette relation mentorale : je voudrais aider la mentorée à développer sa confiance en elle et l’audace de relever les défis qui l’intéressent, de même que sa capacité à regarder vers l’avenir avec optimisme et fierté! » 

Lysiane Rivet  Mentorée
Entrepreneure  – R&M Construction

« Je suis diplômée en technologie de l’architecture et étudiante en génie de la construction. Je viens de fonder mon entreprise avec un associé et je cherche un(e) mentor(e) qui pourra me guider dans ce domaine complexe, régi par de nombreuses lois et normes. Une personne d’expérience qui me montrera comment m’y prendre pour établir ma crédibilité en tant qu’entrepreneure. Au cours de mes expériences sur le terrain, j’ai été témoin du sexisme qui prévalait dans l’industrie. Par exemple, plusieurs de mes collègues masculins ont eu l’opportunité de remplacer un surintendant sur le chantier, alors qu’aucune femme n’a eu cette chance. On semble considérer que les femmes ont seulement leur place dans les bureaux. »

Daniel Bédard Mentor
Conseiller en relations du travail et président de Gestion Un Quart

« Je travaille au sein de cette industrie depuis 8 ans. Je les vois, les stéréotypes à l’égard des femmes et je suis sensible à la question de leur faible présence. Le Québec accuse un net retard par rapport aux autres provinces. Ce dossier ne doit pas être porté uniquement par les femmes : il faut que les hommes s’engagent à améliorer cette situation pour que les mentalités évoluent et que la culture du milieu de la construction se transforme. Ce ne seront pas seulement des règlements qui provoqueront ce changement, mais aussi des actions comme ce programme de mentorat, auquel je participe avec grand plaisir. »

Vanessa Dominguez Mentorée
Architecte – Yelle Maillé architectes

« Je vis beaucoup de frustration dans mon parcours professionnel. J’ai un caractère entreprenant et je suis rapidement déçue lorsque je ne peux pas exploiter mon plein potentiel. Le fait d’être immigrante a ajouté une difficulté supplémentaire. J’ai trouvé ardu de décrocher mon premier emploi ici, de faire valoir mon expérience et mes compétences acquises en France. J’ai le projet de lancer mon entreprise d’investissement en immobilier et je suis convaincue que le programme de mentorat m’aidera beaucoup à le planifier, en me donnant un accès privilégié à la façon de faire des affaires dans l’industrie québécoise de la construction. » 

La CCQ salue l’initiative de l’APECQ et estime que la présence de femmes occupant des postes de décision dans les projets de construction au Québec sera un facteur positif pour intégrer davantage de femmes exerçant des métiers de la construction sur les chantiers.