Un nouveau Service d'accompagnement pour l'intégration des femmes dans l'industrie de la construction

14 juillet 2016

La CCQ annonce aujourd’hui l’entrée en vigueur de son Service d’accompagnement pour l’intégration des femmes dans l’industrie de la construction. Il s’agit d’un service d’accompagnement personnalisé offert aux femmes ou aux personnes souhaitant soutenir leur intégration dans l’industrie. Avec ce service, la CCQ réalise l’une des mesures prévues au nouveau Programme d’accès à l’égalité des femmes dans l’industrie de la construction (PAEF) 2015-2024.

Selon Diane Lemieux, présidente-directrice générale de la CCQ, « il existe une foule de situations devant lesquelles les femmes de métier, et parfois même les représentants des entreprises de construction, se retrouvent sans ressources. Comme il s’agit souvent de cas complexes, nous avions pris l’engagement de leur offrir du soutien, et c’est ce que nous livrons aujourd’hui ».

Le Service d’accompagnement de la CCQ vise à soutenir les femmes dans leur cheminement professionnel en les informant notamment des mesures en vigueur du PAEF. Le personnel de la CCQ, en partenariat avec les représentants patronaux et syndicaux, peut aussi accompagner celles qui vivent des enjeux de discrimination ou d’intimidation, les informer de leurs droits et leur indiquer les recours possibles. Ce service permet également d’outiller les acteurs entourant les femmes qui veulent favoriser leur intégration, que ce soit des employeurs, des centres de formation professionnelle, des collègues, des syndicats, des familles, etc.

Pour avoir accès au Service d’accompagnement pour l’intégration des femmes dans l’industrie de la construction, communiquer avec le service à la clientèle de la CCQ.

Bilan PAEF : une première étape positive

La CCQ dévoile du même coup un bilan positif de la première année de mise en œuvre du PAEF 2015-2024, ainsi qu’une annexe présentant les réalisations des associations syndicales et patronales. Rappelons que ce programme d’industrie d’une durée de neuf ans est réparti en trois phases, dont la première s’échelonne jusqu’en 2018, et qu’il fixe la cible d’augmenter à 3 % la proportion de femmes actives dans l’industrie pour rejoindre la moyenne canadienne.

« On constate que les résultats obtenus à ce jour sont positifs, bien que modestes », indique Audrey Murray, vice-présidente – Service à la clientèle et développement de la CCQ. « Je me réjouis, par exemple, que la proportion de femmes diplômées dans les centres de formation ait augmenté de 6,6 %. Elles représentent maintenant 5,1 % de tous les diplômés. Ça veut dire que nous avançons dans la bonne direction. »

Globalement pour l’année 2015, les efforts de réalisation progressent bien. À ce jour, 37 des 40 mesures sont en cours de réalisation, dont huit mesures qui ont été complètement réalisées. La présence des femmes sur les chantiers a légèrement augmenté, pour atteindre 1,5 %, et ce, malgré le ralentissement de l’activité dans l’industrie de la construction. Le nombre de femmes ayant un statut de compagnon est également en progression ; elles sont aujourd’hui 583 à avoir obtenu ce statut.

Pour Diane Lemieux, il reste quand même beaucoup de travail à faire. « Au final, ce sont les 26 000 employeurs de l’industrie qui doivent choisir d’embaucher plus de femmes, mais à peine 8 % d’entre eux le font à l’heure actuelle. J’invite tous les partenaires à prendre les bouchées doubles pour intégrer la main-d’œuvre féminine sur les chantiers. »

Visitez la nouvelle section qui rassemble les renseignements les plus pertinents pour ceux et celles qui s’intéressent à l’intégration des femmes dans l’industrie.