Le vieillissement de la main-d’œuvre touche quelques métiers

Le vieillissement de la main-d’œuvre préoccupe de nombreux intervenants, car plusieurs milliers de travailleurs quitteront l’industrie au cours des prochaines années en raison de leur âge. On compte actuellement un nombre de 23 000 travailleurs âgés de 55 ans ou plus, dans l'industrie. Le vieillissement concerne surtout les soudeurs en tuyauterie, les mécaniciens industriels de chantier, les grutiers, les opérateurs d'équipement lourd, les chaudronniers, les mécaniciens de machines lourdes et les opérateurs de pelles.

Le remplacement des départs à la retraite n’est toutefois qu’un des éléments du roulement de la main-d’œuvre dans la construction. En outre, plusieurs prestataires des régimes de retraite de la construction continuent tout de même à travailler. Au total, il faut remplacer annuellement de 1 500 à 3 000 départs nets de travailleurs âgés de 55 ans ou plus.

En revanche, la tendance au vieillissement épargne dans une certaine mesure les métiers de la truelle (briqueteurs-maçons, carreleurs, cimentiers) ainsi que les charpentiers-menuisiers, les électriciens, les frigoristes, les ferrailleurs, les mécaniciens en protection-incendie et quelques métiers de la finition ou du recouvrement (poseurs de systèmes intérieurs, couvreurs). Pour ces métiers, on constate un ajustement de l’âge, tributaire de la conjoncture. Ces métiers font beaucoup appel aux apprentis, de sorte que l’âge évolue en fonction du recrutement.

Enfin, un fait intéressant à noter est que la moyenne globale d'âge des travailleurs a baissé presque continuellement depuis 1998 jusqu’en 2013, passant de 40,5 ans à 38,9 ans, et ce, surtout en raison de l’arrivée importante de nouveaux apprentis. Par contre, la moyenne d’âge a augmenté en 2015, se situant à 39,2 ans.

Téléchargement d'Adobe Reader Téléchargez gratuitement Adobe Reader en français.